dés que tu m'a quitté

Publié le par L'Hocine M.Anis

Dés que tu m'as quitté

 

        Oh ! Miséricorde

        Belle de toutes les créations

        Tendre de toutes les sensations

        Source de notre pouvoir

        Symbole de notre espoir

 

Oh ! Miséricorde

Saurais-je un jour pourquoi tu m'as quitté

Pour quelle raison mériterais-je d'être aussi méchamment puni

Serait-il temps de dire que je suis définitivement indécis

Entre pleurer mon passé ou songer dans mon futur a te trouver

 

Oh ! Miséricorde

N'étaient-ils pas beaux ces jours, en ta compagnie, que je vivais

J'étais comblé d'incertitude, vers des Abymes terrifiants je m'élançais

Sachant avec certitude que tu serais la pour me sauver

Par ta tendresse magique, de ton réconfort j'étais émerveillé

Mes sommets de souffrance que je te racontais, tu les abattais

Tu me donnais un déluge d'espoir dont tu me nourrissais

Tu disais que la vie est belle malgré tous ses méfaits

Qu'il fallait vivre sans jamais s'en préoccuper

 

Oh ! Miséricorde

Dés que tu m'as quitté, tu as franchi ce seuil

Mon cœur, mon âme, mon corps vivent tous en deuil

Tu m'as laissé ivre, pataugeant dans mes souvenirs

Ne sachant plus si tu as existé, si je pourrais le dire

Ce monde que tu as quitté, tombe dans l'oubli

Ces cœurs, en ton absence, ont tous pourri

Dévoré par une haine, atteint par une effroyable maladie

Conçu pour amplifier le mal qui me ronge et me détruit

 

Oh ! Miséricorde

Ma vie ne porte plus le sens de la vie

Ma haine grandit, je suis à sa Merci 

Mon cœur ne bat plus, enchaîné il est soumis

Aux démons qui m'invitent aux péchés et préservent ceux que j'ai commis

Mon âme brûle en enfer dés aujourd'hui

Je n'y crois plus à ce qu'on appelle « paradis »

Mes rêves, dans lesquels je te vois et je te décris

Ne veulent embrasser ce monde réel déjà enseveli

 

Oh ! Miséricorde

N'est-tu pas créé pour être toujours présente

Réchauffer nos cœurs quand ils se lamentent

Il n'est plus question de vivre ayant une honte

Dés que tu m'as quitté, je n'y crois plus à tes contes

 

 

Et pourtant... le monde ne cesse de tourner, même qu'ils chantent

                    Tous ceux à qui tu as apporté le bonheur, cette joie débordante

                    Tout ceux qui aiment cette vie, qui ont de l'espoir pour la suivante

                    Un chant qui me rappelle mon tendre passé, ta magie envoûtante

 

 

Ahmed Abd El Oualid Kassouri

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

nike shox 03/05/2010 08:19



Dès que mon petit ami m'a quitté pour nos noucelle vie ,j'ai bcp perdu!



L'Hocine M.Anis 03/05/2010 22:48



je suis désolé pour vous, j'espere que vous tenez le coup